lundi 5 février 2018

Disparition forcée de Serge Ntakirutimana

Sa passion, c'était la jeunesse. L'éducation des jeunes. Serge Ntakirutimana ne se reposait pas le weekend, il préférait assurer des cours de renforcement aux élèves finalistes du Lycée communal de Rukaramu. C'est au retour de cette noble mission que l'enseignant Serge Ntakirutimana a été brutalement arrêté le samedi 31 octobre 2015 vers 13 heures, tout près de l'aéroport international de Bujumbura.

Aux côtés de ses élèves, Serge Ntakirutimana rentrait chez lui. Il ne savait pas qu'un drame s'était déroulé sur la route Bujumbura-Bubanza, tout près de Buringa, une heure plus tôt. La police avait tiré sur un convoi funéraire, beaucoup de jeunes venant d'un anterrement de leur collègue avaient été tués, blessés par balles, arrêtés. En passant, Serge a remarqué qu'un jeune voisin de Cibitoke était torturé par des policiers, il a pris son téléphone pour alerter la famille du voisin. Ce geste lui fut fatal. Brutalement arrêté, il aurait été remis au chef du SNR à Buterere et conduit à bord de sa voiture Toyota TI. Ce fut la dernière trace de l'enseignant Serge Ntakirutimana. Selon des sources, il aurait été exécuté deux heures plus tard à Maramvya et enterré à la va-vite dans un petit trou, son corps découpé en morceaux.

Ses proches ont beaucoup souffert. Désabusés par des agents du SNR qui promettaient, ils ont été rançonnés à hauteur de millions. L'ONPR a refusé, à son tour, d'octroyer la rente de survie aux ayants droit: le directeur de l'école aurait en effet établi un rapport concluant que Serge avait plutôt déserté son poste d'attache. Plus de deux ans après la disparition forcée de Serge Ntakirutimana, aucune enquête n'a été menée par la police nationale et la justice burundaise. La CNIDH et le ministère de l'éducation nationale restent muets.

Lauréat de l'Université du Burundi, licencié en Géographie, Serge Ntakirutimana est né en 1970 dans la commune Matana, province Bururi. Il ne s'intéressait pas à la politique, il voulait se tenir loin des querelles politiciennes. Il n'avait pas manifesté contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza. ses proches et ses amis le décrivent comme un homme sage, très calme. Marié, il a laissé une fillette de 5 ans et un garçon de 3 ans.

Le dossier sur la disparition forcée de Serge Ntakirutimana est publié sur le lien ci-près : http://ndondeza.org/serge-ntakirutimana/

Aucun commentaire: