mardi 20 février 2018

Burundi: Disparition forcée de l'opposant Sadiki Bamporubusa

On le surnommait "Simple". Sadiki Bamporubusa était réputé pour son calme et son bon voisinage. Il vivait de son métier de couturier et résidait à Bwiza. Il avait efficacement servi la rebellion du CNDD-FDD, notamment sur le plan de la logistique, et s'était lié d'amitié avec les tenors du parti. Après le limogeage de Hussein Radjabu en 2007, Sadiki Bamporubusa avait quitté le parti au pouvoir et adhéré à l'UPD-Zigamibanga. En 2015, il figurait sur la liste des candidats députés de son parti pour la province de Bujumbura (dit rural). Il n'a pas participé aux manifestations de 2015 mais, dans sa "simplicité", il était farouchement opposé au troisième mandat de Pierre Nkurunziza.

Le 27 juillet 2016, alors qu'il rentrait de l'enterrement de son ami, Sadiki Bamporubusa a été intercepté sur la 2ème avenue à Bwiza et arrêté brutalement (pour ne pas dire enlevé) par un groupe de policiers qui, selon des témoins, étaient sous le commandement de l'OPP1 Prime Ndikubwayo, alors chef de poste de la police à Bwiza (l'officier a été récemment affecté au commissariat de Kayanza). Depuis ce jour-là, Sadiki Bamporubusa n'a jamais été retrouvé par les siens. Le même jour, il aurait été remis à l'OPC2 Guillaume Magogwa alors chargé des opérations dans les quartiers de Bwiza et Jabe. Il aurait été exécuté un jour après son arrestation, soit le 28 juillet 2016. "Simple" ne savait pas qu'il était ardemment recherché par le SNR après un rapport des services secrets congolais qui le faisaient passer pour un relais d'un mouvement rebelle burundais qui commençait à s'installer à l'Est de la RDC. Un de ses amis avait été arrêté à Uvira et un autre avait échappé de justesse à l'enlèvement par le SNR.

Sadiki Bamporubusa est né en 1968 à Gatumba en commune de Mutimbuzi, non loin de la frontière burundo-congolaise. Il a laissé une famille de six enfants qui ne savent plus à quel saint se vouer pour retrouver leur papa. Aucune institution burundaise ne s'est mobilisée pour retrouver la victime, la police burundaise et le SNR restent silencieux sur le sort qu'ils lui ont réservé. Le crime de Sadiki Bamporubusa est d'être resté opposant à la dictature de Pierre Nkurunziza et d'être politiquement proche de Hussein Radjabu. Comme lui, des leaders de son parti ont payé de leur vie leur engagement politique: Zedi Feruzi assassiné par des membres de la garde de Pierre Nkurunziza (selon une enquête du Focode Asbl) le 23 mai 2015, Patrice Gahungu assassiné devant sa maison le 07 septembre 2015 ou Léopold Habarugira introuvable depuis son enlèvement par le SNR (selon un rapport du FOCODE à paraître prochainement) le 12 septembre 2017.

Le rapport NDONDEZA sur la disparition forcée de Sadiki Bamporubusa est en ligne sur le lien http://ndondeza.org/sadiki-bamporubusa/

Aucun commentaire: