jeudi 30 novembre 2017

Burundi: Disparition forcée de Jean-Paul Gahungu


Jean-Paul Gahungu vivait avec un handicap dans sa jambe gauche, il avait une prothèse et portait un soulier spécialisé. Ses ravisseurs n'ont pas hésité à le brutaliser au moment de l'enlèvement le 08 décembre 2016, en face de sa résidence dans la zone urbaine de Kinindo. Quelques jours avant cet enlèvement, Jean-Paul commençait à s'inquiéter que son téléphone aurait été mis sous écoute par le SNR; il gérait une maison de massage et relaxation (Sauna/Spa) sise à Kinindo et appartenant à un exilé présumé proche du Général Cyrille Ndayirukiye. Le matin du 08 décembre 2016, il s'était plaint du harcelèment d'un nombre d'appels téléphoniques par un numéro masqué. Après analyse de l'historique des appels, le FOCODE a découvert que l'un de ces numéros appartenait à un détenu à la prison centrale de Mpimba.Le même matin, des témoins auraient remarqué des allers-retours autour de son domicile d'un officier du Service national de renseignement prénommé "Joe Dassin", souvent cité dans des crimes d'assassinats et de disparitions forcées. A peine sorti du domicile autour de 10 heures du matin, Jean-Paul Gahungu a été menotté et jeté de force dans une voiture, Toyota Starlet bleue foncée aux vitres teintées, à bord duquel se trouvait trois personnes dont une en tenue de la police nationale. La voiture aurait été identifiée et appartiendrait à un certain "Kamatari", chef adjoint du SNR en Mairie de Bujumbura.

Après de vaines recherches dans tous les cachots officiels de Bujumbura, la famille de la victime a porté plainte et demandé l'ouverture d'une enquête à la Police Judiciaire. Curieusement, la police a refusé d'enquêter et a renvoyé la famille au SNR qui serait "mieux outillé" pour une telle enquête. C'est la même famille qui devra ramener à la PJ le rapport d'enquête du SNR ! La famille a saisi le SNR, elle attend depuis une année le début d'une enquête. Entretemps, la justice reste inactive et la CNIDH muette sur cette disparition forcée.

Le rapport détaillé du Focode Asbl sur la disparition forcée de Jean-Paul Gahungu a été rendu public ce mercredi 29 novembre 2017 et se trouve en ligne sur le lien http://ndondeza.org/jean-paul-gahungu/ 

58 ans, en dépit de son handicap, Jean-Paul Gahungu est décrit par les siens comme un homme joyeux, sérieux et très gentil.

Aucun commentaire: