dimanche 23 juillet 2017

Disparitions forcée des Imbonerakure..

#Burundi #Ndondeza « Aimé Arakaza » et Eddy Uwimana n'étaient pas à la marche des #Imbonerakure hier à #Bujumbura. Depuis deux ans Aimé-Aloys Manirakiza, plus connu sous le pseudonyme de « Aimé Arakaza » alias « Musaga », est probablement le milicien Imbonerakure le plus craint en Mairie de Bujumbura. Tantôt rabatteur sur les parkings de Musaga, tantôt milicien, tantôt dans les véhicules de police et bien encadré, "Aimé Arakaza" faisait la pluie et le bon temps jusqu'au 25 mai 2017. Mais où est-il passé depuis? Sa famille s'interroge et ne trouve aucune réponse. Aucune autorité ne veut répondre à la question. Ses proches vivent dans la peur, sa femme se cache et vit sous des menaces de mort. Leurs amis Imbonerakure se sont volatilisés. Ancien militaire de l’armée burundaise (exFAB), démobilisé à la naissance de la FDN, Aimé-Aloys Manirakiza était entré dans la milice Imbonerakure depuis 2011. Il disparaît après 6 ans de graves et funestes services rendus au régime Nkurunziza.


Eddy Uwimana avait été très actif dans les manifestations contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza. Il défendait la Constitution et l'Accord d'Arusha, il défendait la justice et la légalité. Désespéré après la fin des manifestations pacifiques, il aurait pris le chemin de la lutte armée. Le 16 février 2016, avec quatre de ses amis, il s’est rendu aux autorités burundaises en présence de la télévision nationale. Eddy a changé de camp, il a trahi ses anciens amis, ses frères de lutte. Beaucoup de jeunes ont été livrés au SNR par Eddy Uwimana et son groupe. Il est devenu un puissant milicien Imbonerakure, bien protégé par la police et le SNR. Comme Musaga, il faisait désormais la pluie et le bon temps. Depuis le 25 mai 2017, il a disparu après avoir répondu à un appel de ses camarades Imbonerakure. Sa fille de 8 ans attend indéfiniment son papa et s’interroge, sa famille s'inquiète et personne ne veut répondre.


Abel Ahishakiye, encore jeune élève à l’école paramédicale de Muramvya, était un informateur du SNR et un fier milicien Imbonerakure. Le 22 juillet 2016, il a appelé le journaliste d'Iwacu Jean Bigirimana pour une petite rencontre à Bugarama. Jean Bigirimana n'est plus revenu, sa famille et ses collègues ne savent plus ce qu'il est devenu. Le pouvoir d'Abel Ahishakiye était si important, lui qui pouvait désormais faire disparaître même un vrai journaliste, sans suite. Trois semaines après Jean Bigirimana, Abel Ahishakiye a reçu un appel à son tour le 11 août 2016, une belle Jeep aux vitres teintées est venue le prendre. Il aurait passé par la permanence nationale du parti CNDD-FDD à Bujumbura. Puis rien, aucune trace. Sa famille compte d'autres membres du CNDD-FDD, mais personne ne peut lui dire où est le fils bien-aimé. Abel Ahishakiye a disparu dans les mains du SNR.
Aimé-Aloys Manirakiza alias Aimé Arakaza alias Musaga et son ami Eddy Uwimana ont reçu un appel d'un collègue Imbonerakure dans l'après-midi du 25 mai 2017. Ils sont allés à une barrière tenue par des Imbonerakure à Kanyosha au sud de Bujumbura. Le Brigadier Jonas Ndabirinde de la garde présidentielle est venu les prendre. Personne ne sait plus ce qu'ils sont réellement devenus. Une certaine version dit que leurs corps auraient été brûlés, une autre dit que les corps auraient été jetés dans une longue fosse commune "chez Sebatutsi" à Kanyosha. D'autres versions existent, mais aucune ne dit précisément où se trouvent aujourd'hui les deux Imbonerakure.

Abel Ahishakiye, Imbonerakure disparu le 11 août 2016

Hier on parlait de "démonstration de force" des Imbonerakure à Bujumbura. Personne n'a parlé d'Aimé Arakaza, d'Eddy uwimana ou d'Abel Ahishakiye. S'ils étaient encore libres, les trois Imbonerakure allaient être devant les autres, bien vigoureux, bien joyeux pour démontrer "la force" et "la paix totale". Hier, leurs familles étaient encore recroquevillées dans une peur sans nom, ne sachant pas à quel moment elles vont se faire attaquer à leur tour. Décidément, la force démontrée hier est donc celle de Nkurunziza d'enlever chacun des Imbonerakure, de le broyer comme il veut et de menacer sa famille inquiète, sans aucune suite. Donc, les Imbonerakure ont démontré la terrible force qui existe désormais contre eux-mêmes. J'espère qu'ils comprendront vite qu'ils doivent s'associer aux autres forces citoyennes pour se libérer et libérer la Patrie.

Au début de la semaine prochaine, sur http://ndondeza.org/category/rapports-ndondeza/, la Campagne NDONDEZA rendra public son rapport sur la disparition forcée des deux Imbonerakure de Musaga.

Aucun commentaire: