mardi 27 juin 2017

Burundi: Disparition forcée de l'Adjudant Hippolyte Nzitonda, Greffier au Conseil de Guerre


#Burundi #Ndondeza Adjudant Hippolyte Nzitonda, Greffier au Conseil de Guerre et ancien combattant du FNL d'Agathon Rwasa, enlevé à #Mutakura le 03 juin 2016.

Le 03 juin 2016 aurait dû être un jour de joie dans la famille de l'Adjudant Hippolyte Nzitonda. L'adjudant s'apprêtait à aller accueillir à l'aéroport son épouse, également militaire, qui rentrait d'une mission de paix en Somalie. Ils s'étaient mariés en 2010, la femme avait été déployée deux ans à peine après leur mariage. Après tant de mois de séparation des deux jeunes mariés, le moment des retrouvailles était arrivé. Mais une heure avant l'arrivée de l'épouse à l'aéroport, Hippolyte a reçu un appel téléphonique peu avant l'arrivée d'une voiture Corolla noire aux vitres teintes, à bord duquel se trouvaient des personnes en tenue de police. Aux environs de 12h30 à Mutakura, l'Adjudant Hippolyte Nzitonda était enlevé. Il n'a été retrouvé dans aucun cachot officiel du Burundi. Un jour de joie est devenu celui d'un cauchemar qui dure une année déja.

Les hautes autorités de l'armée n'ont rien fait pour retrouver le Greffier du Conseil de Guerre disparu le 03 juin 2016. Elles n'ont même pas communiqué sur ce cas. Il semble que cela ne les intéressait pas. A ses proches qui posaient trop de questions, il a été répondu ironiquement qu'il fallait étendre la recherche aux prisons de la République Démocratique du Congo. La solde d'Hippolyte Nzitonda a été rapidement coupée alors que l'armée ne pouvait pas prouver le décès de l'adjudant; aucune contribution financière n'a été donnée à la famille de la victime.

Cette semaine, la Campagne NDONDEZA la consacre à ces cas de disparition forcée des militaires qui laissent indifférents la hiérarchie de l'armée. Un jour, le Chef d'Etat-Major Général et le Ministre de la Défense Nationale devront expliquer pourquoi ils n'ont jamais agi après des cas de disparition forcée des militaires. Comme s'ils en connaissaient déjà la cause.

Trouvez l'entièreté de la déclaration sur http://ndondeza.org/hippolyte-nzitonda/

Aucun commentaire: