jeudi 11 mai 2017

Burundi: Disparition forcée de l'OPP2 Simon Masumbuko, un officier de la Police Nationale.

#Burundi #Ndondeza OPP2 Simon Masumbuko. Le 07 avril 2016, une jeune fille a lancé #BringBackMyDad, un hashtag qui a donné des frissons à beaucoup d'entre nous. Elle avait perdu sa mère dix ans plus tôt, son père OPP2 Simon Masumbuko, chef de poste adjoint de la Police de l'Air, des Frontières et des Etrangers (PAFE) à Kobero, lui avait promis de revenir rapidement sain et sauf pour une discussion intéressante. Mystérieusement le papa de Michou Miracle avait disparu dans la nuit du 27 au 28 mars 2016 à l'Hôtel California de Kobero. La fille criait "aide-moi à retrouver mon père, c'est tout ce que je vous demande", elle a même adressé des tweets à Willy Nyamitwe le super-conseiller de Pierre Nkurunziza, nous avons été nombreux à retwitter ses messages... Hélas, il n'y avait aucune réponse des autorités burundaises. Pire, aucune enquête! La PAFE a perdu un officier, mais son Commissaire Général n'a rien dit et n'a rien fait pour le retrouver. La Police Nationale a perdu un officier, mais son Directeur Général est resté inerte et muet; son ministre n'a rien fait. Un officier du pays a disparu.

Le soir du 27 mars 2016 avait étonné les habitants et les habitués de Kobero. Le chef de poste de la PAFE, Alfred Manirakiza partageait un verre avec son adjoint OPP2 Simon Masumbuko. c'était inédit, les deux se regardaient normalement comme des chiens de faïence. Simon Masumbuko était dans un milieu très hostile qui le taxait de putschiste. Sa faute était d'être à la fois Tutsi originaire de Musaga et officier de l'ancienne police, donc assimilable aux militaires ex-FAB. C'était un homme simple, mais libre d'esprit. Il logeait dans l'Hôtel California appartenant à "POLINARI", un homme d'affaires influent dans le CNDD-FDD à Muyinga et réputé proche de Pierre Nkurunziza. Au moment où Simon Masumbuko partageait un verre avec Alfred Manirakiza, un agent du SNR (services secrets), nommé "Claude" logeait également au même hôtel depuis deux jours. il était venu de Bujumbura dans un pick-up. Après le partage du verre, Simon Masumbuko serait rentré, aurait dîné avant d'aller dormir tranquillement. Mais, curieusement, le lendemain matin il n'était plus là, sa chambre était bien faite et son véhicule était toujours garé dans le parking de l'hôtel. Le même matin, il a été constaté que le fameux "Claude" n'avait pas non plus passé la nuit à l'hôtel, il était parti, dans son pick-up. Des témoins affirment qu'il aurait enlevé Simon Masumbuko selon une enquête de la RPA.

Où est passé l'officier Simon Masumbuko? Aucune autorité burundaise ne s'est donc posé cette question. Aucune enquête n'a été menée. Alfred Manirakiza n'a jamais été convoqué pour un interrogatoire, non plus "POLINARI" et ses employés, moins encore "Claude" du SNR. La famille a tenté d'en savoir plus en se rendant à Kobero, d'autres ont contacté le SNR où l'on disait que Simon Masumbuko est détenu. Partout ceux qui ont osé ont reçu des menaces de mort. Seule la courageuse fille a bravé le danger et pu écrire #BringBackMyDad. Elle a parlé aux sourds.

Mais une chose est sûre: toutes ces autorités s'expliqueront et payeront un jour. Une question de temps. Mais, en attendant, combien de papa aurons-nous déjà perdus ?

Sur http://ndondeza.org/simon-masumbuko/ suivez l'intégralité de ce deuxième dossier de la "Semaine NDONDEZA". Deux dossiers emblématiques vont bientôt suivre: Evaritse Nyandwi alias Matwi et Oscar Ntasano. Après les jeunes, les femmes et les militaires (on n'est pas encore dans l'après je sais), c'est le tour des millionnaires, des milliardaires, des entrepreneurs. NDONDEZA !

Aucun commentaire: