samedi 4 février 2017

Une pensée pour Léonidas Nkeshimana exécuté dans la nuit du 27 au 28 janvier 2017

#Burundi Une pensée à Léonidas Nkeshimana, mon ancien collègue, horriblement exécuté la semaine passée.


Le matin de samedi dernier (28 janvier 2017), un corps sans vie, menotté et sans son pantalon, a été retrouvé à #Ngagara Quartier 10. La photo a fait le tour des réseaux sociaux, l'homme n'était pas identifié. Fait rarissime, l'administration a décidé que le corps soit déposé à la morgue de l'hôpital Roi Khaled. Une mort atroce: "l'homme avait visiblement été étranglé avec une corde, sa poitrine écrasée os après os, l'une des malléoles latérales (ijisho ry'ikirenge) broyée, des traces d'un objet ayant frappé la tête" selon un témoignage. 

Non loin de là, à Gatunguru, une jeune femme et trois enfants étaient anxieux : le père de famille n'était pas rentré et restait injoignable. Il s'appelait Léonidas Nkeshimana. La veille autour de 19 heures du soir, alors qu'il sortait d'un bus, il avait été enlevé par des gens à bord d'une voiture TI. Un modèle classique d'enlèvement des personnes par les services secrets de Pierre Nkurunziza.
Je connaissais Léonidas Nkeshimana depuis quelques années. De 2010 à 2012, je l'ai quotidiennement côtoyé à la COSOME (Coalition de la Société Civile pour le Monitoring Électoral) où il était Responsable des Programmes. Avant la COSOME, il avait presté au PSI-Burundi et dans une banque. Licencié en économie, Il avait également fréquenté l'Institut Supérieur des Cadres Militaires (ISCAM).

Léonidas Nkeshimana ne militait dans aucun parti politique. Un esprit libre qui pouvait dire tout ce qu'il pense, de manière tranchante. Il pouvait défendre obstinément son idée contre tous. Mais c'était un homme du bien. Un homme comme lui ne pouvait que s'attirer la colère des extrémistes du pouvoir Nkurunziza.



Méthodiquement, un à un, le régime Nkurunziza tue. Il sait que tant qu'on ne montrera pas des masses de cadavres, la condamnation internationale sera mesurée. Un à un, des burundais se font horriblement exécuter. Pour la simple raison qu'ils ont dit NON à la violation de la Constitution. Aucune enquête officielle ne suit, chacun attend son tour. Jusque quand ?
Léonidas Nkeshimana était né en 1964 en commune Vyanda de la Province Bururi. Paix à son âme, beaucoup de courage à la jeune famille qu'il laisse.

Pacifique Nininahazwe, 04 février 2017.

Aucun commentaire: