samedi 12 décembre 2015

Le #1212Massacre : Larmes pour les nôtres!

#‎Burundi‬ ‪#‎1212Massacre‬
 
Hier, ils ont massacré des jeunes, par centaines. Ils les trouvaient dans leurs maisons et les exécutaient à bout portant. A ‪#‎Musaga‬, à ‪#‎Ngagara‬, à ‪#‎Cibitoke‬, à ‪#‎Mutakura‬, à ‪#‎Nyakabiga‬, à ‪#‎Jabe‬, à ‪#‎Jenda‬, etc. Rien d'étonnant, rien de surprenant : ils ne savent que tuer.

Le soir, ils ont fêté, dans des cabarets, dans des hôtels, dans certaines maisons. J'ai eu l'écho de leurs dires: "twabumaze, nta nkoho igisubira kuvuga!" (nous les avons exterminés, il n'y aura plus de coup de feu). Enivré par sa joie, Willy Nyamitwe ne pouvait pas dormir sans nous partager son émotion criminelle: il était très satisfait! Rien d'étonnant là aussi, rien de surprenant : ils se réjouissent toujours de la souffrance des burundais.

Ce matin, nous avons découvert la raison de leur réjouissance: de nombreux cadavres jonchaient les rues de Musaga, de Nyakabiga et de Jabe; d'autres flottaient dans la ‪#‎Ntahangwa‬. Pour la plupart des jeunes, d'une même ethnie dans la grande majorité, une balle dans la tête de manière très précise, etc. Certains gisaient devant leurs maisons, d'autres auraient été tués ailleurs avant d'être jetés dans les rues de ces quartiers. Des témoignages évoquent des menaces à caractère ethnique proférées par les bourreaux dans différents ménages. Ce matin des policiers ont enlevé les corps et proféraient d'autres menaces à caractère ethnique : "Kagame wanyu none ntiyoza! !!; " Cyrilo wanyu yarabasutse! !! "Reka tubahe filme ya 1972" etc.(que votre Kagame vienne vous libérer, votre Cyrille vous a trompés, regardez le film de 1972,etc).

Ce matin ils ont eu une marche de réjouissance dans la ville de Bujumbura alors que les autres comptaient les corps dans les rues. Rien d'étonnant non plus, rien de surprenant : ils n'ont jamais eu d'honneur ni de compassion. Ils ont osé enterrer dans des fosses communes, sans l'identification des corps, sans appel aux familles pour un enterrement digne. Ce n'est pas étonnant ni surprenant : nous assistons à cela depuis plusieurs années.

Bujumbura veut faire croire qu'il a tué des combattants. Pourtant ils ont été tués plusieurs heures après l'attaque des camps militaires dans la matinée. Par ailleurs le communiqué de l'armée a déclaré la mort de 12 personnes durant les combats. Toute la journée d'aujourd'hui le porte-parole de l'armée était occupée à fabriquer de nouveaux chiffres pour tenter une justification à l'hécatombe. Pourtant les images des jeunes arrêtés avaient déjà circulé, ils les ont achevés dans la soirée.
Ce soir, nous avons le chagrin des nôtres. Et cela nous rappelle l'importance de notre combat. Nous faisons face à un système inhumain dépourvu de toute dignité. Nous n'avons pas le droit de nous lasser ou de lâcher. On ne cède pas à un monstre car il n'a pas de pitié, son envie de sang ira de plus en plus grandissant.

Nous sommes désormais devant un piège : celle de la division ethnique. Il est évident que la grande majorité des victimes proviennent d'une même composante ethnique. Nkurunziza espère une réaction ethnique comme il en rêve depuis le début de la manifestation en avril dernier. Gardons la dignité de notre combat : une lutte nationale pour le maintien de notre réconciliation depuis Arusha, un rassemblement de toutes les composantes ethniques, politiques, religieuses et régionales autour de notre Constitution, de l'Accord d'Arusha et de notre drapeau. Notre unité reste le plus grand échec de ‪#‎Nkurunziza‬!

Le combat de #Nkurunziza n'est pas ethnique, il est égocentrique. Il se bat uniquement pour lui-même. Depuis 2007, il a exécuté froidement et sommairement plusieurs centaines de militants du FNL d'Agathon Rwasa qui partageaient pourtant son origine ethnique. Tout récemment il s'est félicité de la mort du Général Rodrigue Bunyoni et s'est réjouit qu'il aurait été enterré "comme un chien", pourtant ce fut son compagnon de lutte.

Nous avons le devoir de résister à ce pouvoir tyrannique et sanguinaire. Nous devons rester dignes et unis, jusqu'au bout. Toutes les dictatures échouent. Celle de Nkurunziza ne fera pas exception.
Une pensée émue pour les victimes et leurs familles.

‪#‎Sindumuja‬

Aucun commentaire: