dimanche 19 août 2012

Pourquoi l’Etat Burundais a-t-il peur ? Par Pacifique Nininahazwe

source: zeraction.com


Pacifique NININAHAZWE est Délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile (FORSC) burundaise

Je viens de lire cet article de l'étudiant burundais en Russie, Jean-Marie NTAHIMPERA, qui m'avait déjà fait part des menaces qu'il subit suite à ses publications sur son blog. Et comme lui, j'ai la même interrogation: pourquoi ce pouvoir a tellement peur? J'ai discuté récemment avec un analyste qui comparait les contextes de trois pays de la région des grands-lacs. En RDC, il avait trouvé 'un pays avec un Etat très faible et une société civile qui se consolide', au Rwanda il disait qu''il n'y avait que l'Etat' et au Burundi il avait trouvé 'un Etat qui existe' et 'une société civile dynamique' mais...'un Etat qui a peur' sans raison valable.

Nous avons un parti au pouvoir depuis 7 ans et qui détient tous les pouvoirs imaginables, un président très populaire! Pourtant, moindre déclaration d'un activiste de droits de l'homme, moindre perspective d'une marche manifestation de la société civile, moindre rapport d'une ONG internationale sur le Burundi, moindre projet de réunion d'un parti de l'opposition, moindre appel au dialogue, moindre déclaration d'un diplomate occidental, on sent la panique! Des menaces à peine voilées fusent. On rappelle le coup d'Etat de 1993, les villes mortes de 1994, les négociations d'Arusha (avec la crainte d'amagaburanyama ou partage des morceaux de viande), etc. J'ai vu une armada de policiers armés jusqu'aux dents accourant à toute vitesse pour arrêter les débuts d'une marche d'une centaine de manifestants qui n'avaient que des pancartes demandant la justice pour Ernest Manirumva le 9 avril 2011. Des déclarations institutionnelles ont créé une psychose dans la population à la veille de la grève générale d'une journée en mars dernier. Souvent on fait face à une communication presque de guerre de la part des élus du peuple réagissant aux opinions de cette population qui les a élus! Tout comme on ne comprendra jamais les exécutions extrajudiciaires ciblant des militants d'une opposition quasi invisible sur terrain.

Mais pourquoi cette peur?

Ainsi je rejoins Jean-Marie NTAHIMPERA dans son interrogation: 'Qui a peur des idées d’un étudiant burundais en Russie ?'

Pacifique Nininahazwe

Aucun commentaire: